RSS

Les Déferlantes : une écriture ronde comme des galets…

22 Sep

3384782825

Les Déferlantes est d’abord une histoire très forte. La narratrice est une femme discrète, et même renfermée sur elle-même, qui vient à La Hague étudier les oiseaux migrateurs, pour oublier ses propres meurtrissures. Sa peine affleure sans être précisément nommée, tandis qu’elle se balade dans de rugueux paysages à connotations romantiques. Elle vit avec les habitants, à la fois fois acceptée et aussi tenue à distance par son statut d’étrangère.
Elle fait la rencontre un jour de tempête de Lambert, un homme aussi laconique qu’elle, qui semble lui aussi fasciné par ce bord de mer déchaîné. Cet homme est un natif du village qui souhaite mettre en vente sa maison. Mais bien des mystères semblent entourer son passé. Nan, la vieille folle du village croit reconnaître en lui un enfant disparu : Michel.
Toute une galerie de personnage va défiler devant nous autour de la narratrice. Morgane, la beauté désœuvrée et indolente. Son frère le sculpteur génial et torturé. Lili la tenancière de l’auberge, parfois si abrupte. Et tous les vieux qui cachent les secrets et se haïssent en silence : comme le père de Lili, dit « le vieux », qui autrefois comptait les oiseaux lui aussi et avec qui la narratrice se découvre une belle complicité.
La narratrice, pour oublier sa propre peine, veut comprendre et tente avec délicatesse de lever le voile sur les anciennes histoires.

Ce n’est pas si souvent que je trouve un roman aussi bien écrit. Claudie Gallay écrit dans une langue à la fois classique et coulante, moderne et agréable. Comme les déferlantes sur la plage, la langue de l’auteur roule et polie ses galets : chaque personnage, chaque énigme. A découvrir pour le plaisir d’une bonne lecture (de préférence bien au chaud).

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 22, 2013 dans réaliste, Roman

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :