RSS

Martyrs : à vous couper le souffle !

26 Sep

cvt_Martyrs_3947

Jetez-vous sur ce livre ! Adepte de la fantasy ou novice, vous serez conquis par cet univers riche et passionnant. Personnellement je n’ai comme culture fantasy que Le Seigneur des Anneaux, l’Oeuvre originel ! Et je retrouve dans ce livre ce qui a fait le succès de Tolkien, puis de tous ses suiveurs : un monde médiéval imaginaire rendu réaliste par la profusion des détails, une galerie de personnage au caractère fouillé, une grande aventure et des batailles pour le pouvoir, mêlée aux actions des plus humbles.
Les deux premiers chapitres campent les deux principaux protagonistes que tout oppose. L’un est Irmine, un beau jeune homme de 17 ans, silencieux, rude, descendant aux yeux d’or de guerriers mythiques et qui fait métier d’assassin ; l’autre est Karmalys, le roi du Reycorax, un monstre d’obésité, fourbe et manipulateur qui préserve la paix à tout prix. D’autres personnages importants seront mis en avant progressivement comme Cavall, l’homme de l’ouest qui mène une rébellion contre la « rei ley » de Karmalis, les guerriers comme Opimer ou encore Guyarson l’intendant rusé de la cité d’Alerssen, cité-autonome convoitée par le roi. le nain de cour Jarud et ses bons mots sont « nains payables ».
Les personnages féminins ne sont pas en reste (contrairement au monde du Seigneur des anneaux où les femmes ne servent pas à grand chose…) : Kassis prisonnière du château de Ronces, Abiselle bonne vieille qui semble sortie d’un conte, Akinessa « la main douce », la sœur et conseillère du Roi. J’ai été surprise et touchée par l’introduction du personnage de Kassis, l’héroïne de ce tome. le premier chapitre qui la concerne et qui s’intitule « un conte de fées » est très bien vu. L’auteur a su saisir un élément intéressant de la psychologie d’une adolescente (elle a 16 ans) : elle fait une fixation sur le premier homme qui l’approche et lui montre de l’attention. Cela m’a fait songer à Roméo, qui est d’abord l’amoureux éconduit de Rosalinde avant de rencontrer Juliette. La déception de la jeune fille sera à la hauteur de ce que son imaginaire avait pu construire. Cela nous présente une héroïne qui peut sembler faible et naïve, mais cet événement va justement permettre à la jeune fille de se réveiller de sa torpeur de « princesse de château » et de rechercher des issues à sa condition de prisonnière. Cette entrée en matière est aussi une très bonne accroche pour la passion amoureuse qui ne manque pas de se présenter ensuite. Le chapitre « savoir mourir », quant à lui, m’a émue au larme, car l’on s’est bien vite attaché à cette jeune fille.
Le mythe des Arserkers, les hommes aux yeux d’or, prend de la profondeur tout au long du livre. Tout d’abord représenté par Irmine et son frère Helbrand, on sait que ce sont des descendants de guerriers légendaires qui auraient vaincus les derniers dragons. Ils sont excellents comme assassins car ont des dispositions physiques et mentales extraordinaire ; par ailleurs ils voient dans le noir. Puis d’autres Arserkers interviennent : un vieillard lâche, un mystérieux borgne qui apparaît quand il veut et laisse des indices troublants, et enfin un tortionnaire, fanatique du martyr ; on voit se dessiner un peu mieux les contours de ce peuple aux étonnantes dispositions. Et l’on attend évidemment de voir comment vont évoluer Irmine et Helbrand.
Les points forts de ce livre du point de vue du style sont la qualité de la langue, l’équilibre des chapitres, la progression de l’intrigue, les révélations et rebondissements incessants. du point de vue de l’histoire on a à la fois de bonnes intrigues de cour, des scènes d’action bien décrites et une romance évidente, mais pas si simpliste.
Quand à la forme du livre il y a de quoi se régaler : un format anglo-saxon qui permet au livre de se déployer sur ses presque 700 pages, et surtout des illustrations magnifiques. La couverture est un vrai tableau qui attire et donne immédiatement envie de plonger dans ce roman. Les illustrations intérieures, notamment celles des cartes de tarot sont superbes, et enfin la carte couleur qui se déplie au début est parfaite.
Je recommande chaudement cette lecture enchanteresse, qui donne très envie de s’y replonger. On a hâte de lire le tome 2 pour retrouver nos personnages favoris et ce monde si magique !

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 26, 2013 dans fantaisie, Roman

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :