RSS

La fille seule dans le vestiaire des garçons : roman coup de poing !

30 Oct

Image

Voilà un récit à la fois plein de rage et de notes d’humour.
Cela peut paraître paradoxal, mais c’est à l’image de la vie, que 
Ben Kemoun sait parfaitement refléter.
Marion est une jeune fille a priori intelligente et sensible, mais en perte de repères et dont la rage va exploser à la suite d’une humiliation. Le thème de la trahison, la duperie des sentiments est central, couplé au pouvoir amplificateur maléfique du web. Youtube est le moteur d’une diffusion extraordinaire. Enzo est en effet bien plus psychologue et expérimenté et sait comment « emballer ». Marion tombe dans les pommes et refuse d’affronter le regard des autres. Elle se retrouve alors rasée (pour lui faire quelques points de suture…) ; l’auteur a-t-il voulu faire un parallèle avec l’après guerre ? Marion ayant fauté avec son ennemi se retrouve à vif. Elle ourdit alors sa vengeance. 
Mais heureusement le récit est ponctué de scènes humoristiques avec son jeune frère Barnabé. Très fin, et vivant dans un monde imaginaire il est le lien avec la vie normale. La mère de Marion est dépassée par ses propres soucis malgré les au secours que lui lance la jeune fille. Les scènes familiales sont des moments savoureux, en particulier par les dialogues à tiroir entre le frère et la soeur.
L’écriture est aisée et on a l’impression d’être vraiment dans la tête de la jeune fille. Le style est assez coulant pour se faire oublier. Les nombreuses saillies ironiques nous arrachent un sourire. Quelques trouvailles restent en tête.
Le rythme du livre est parfait, on le lit d’une seule traite. Les pensées de Marion sont toujours inclues dans les scènes de vie. L’intensité du récit fait qu’on ne peut pas le reposer. L’accélération finale à partir de « la vengeance » tient en haleine.
La fin m’a paru un peu trop facile. A vrai dire j’avais peur d’une fin catastrophique pour l’héroïne. Des princes charmants apparaissent comme par miracle. Du coup le chapitre 13 ma laissé songeuse : l’héroïne, pétrie de ses qualités de littéraires, de chanteuse et de gentille fille se trouve enfin a sa juste place : adulée et non plus méprisée. Bon cela colle avec sa personnalité mais on passe complètement sous silence les conséquences de ses actes. D’une part ce récit ultra réaliste devient un peu conte de fée, d’autre part il n’y a aucune réflexion sur la gravité de ses actes à elle. Elle a compris que sa vengeance ne lui apportait rien, mais elle n’est pas mise face à ses responsabilités. Cela ne m’a pas gâché le plaisir de lecture pour autant car j’ai adoré cette écriture.
J’ai hâte de découvrir les autres titres de cet auteur, qui sait si bien retranscrire les émotions d’une jeune fille de 15 ans. Belle prouesse.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 30, 2013 dans Jeunesse, réaliste, Roman

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :