RSS

Bacha Posh : percutant et émouvant

11 Déc

Image

Un roman aussi dense et fort, ce n’est pas tous les jours que l’on peut en lire. Bravo à l’auteur de nous faire ainsi entrer dans l’intimité d’un ado afghan. On le voit évoluer au sein de sa bande de jeunes garçons, fana d’avirons et décidés à monter une équipe professionnelle. Mais Farrukh s’appelle en réalité Farrukhsad et le déclenchement de sa puberté remet en cause son statut de « bacha posh ». Elle doit se réhabituer au rôle féminin, alors que depuis 10 ans elle tient le rôle d’un garçon dans sa famille. C’est donc tout son monde qui s’effondre. Mais surtout elle s’inquiète de ne plus revoir ses amis et de lâcher son équipe.

Les rapports homme/femme totalement inégalitaires dans cette société traditionnelle sont ainsi visibles : dans la famille les sœurs doivent faire à manger et solliciter un entretien pour adresser la parole à leur père. Farrukh en tant que basha posh lui parle comme un égal, accompagne ses sœurs à l’extérieur, sait lire et écrire. Le système social valorise tellement les garçons, qu’une famille sans garçon en a honte. Faire passer une fille pour un garçon permet de simplifier les choses pour le groupe familial, notamment parce que celle-ci peut alors travailler sous sa fausse identité. Mais le retour à la normale est obligatoire dès la puberté, l »honneur » de la famille primant sur tout. Ce roman s’attache à nous faire comprendre à quel point un tel bouleversement ne peut être qu’une déchirure. La vision de la femme par ces ados afghans se voient dans le traitement distant qu’ils infligent à « la française ». Cette jeune femme, venue pour les entrainer, ne récolte que leur mépris. Elle est si différente qu’elle ne peut entrer dans leur conception : on ne doit ni la regarder, ni la saluer, ni lui adresser la parole. Et elle ne peut en aucun cas leur donner des consignes. Farrukh, traduit au groupe et sert d’intermédiaire. Au vue de leur réaction, i est d’autant plus difficile pour la jeune fille d’envisager que ses amis puissent l’estimer pour ce qu’elle est réellement.

Le thème de l’aviron et de l’entrainement sportif offre un angle d’attaque intéressant. L’esprit d’équipe et l’amitié joue un rôle important. La conversation sur les filles, personnes inintéressantes pour Sohrab, montre que le clivage est tel qu’un garçon peut difficilement envisager un échange intellectuel avec les filles. Comment aimer ce qu’on méprise ? La réaction extrêmement violente de son meilleur ami sera pour Farrukh la plus grande déception.

Le roman se dévore, tant on se demande ce que Farrukh va faire. Le poids des traditions l’écrase. Elle cherche son identité. Au final le plus important pour elle n’est pas son sexe, mais bien sa capacité à la liberté. La fin se termine sur sa résistance.

C’est beau, convainquant et émouvant. Un roman à faire lire à tous dès 13 ans.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 11, 2013 dans Jeunesse, réaliste, Roman

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :