RSS

Archives Mensuelles: mars 2014

Sans oublier : roman fort et bien écrit

CVT_Sans-oublier_2911

Sans oublier… un titre étrange pour un femme qui oublie justement : elle oublie de faire face au quotidien, elle oublie son rôle de femme moderne parfaite ; efficace au travail, mère irréprochable, femme forte… Elle s’oublie et tombe dans l’abyme. Plus rien n’arrive à la raccrocher au monde quand la mort de sa mère bouleverse son identité. Sans la relation fusionnelle avec « son mur », cette mère fantasque et fascinante, elle ne se sent plus appartenir au monde des vivants.

C’est l’histoire d’une dépression. Une description intime et clinique qui fait peur, qui effraie et j’avoue avoir eu le cœur serré à tourner les pages. L’accident d’un des enfant, puis du deuxième nous fait craindre un drame sordide. Mais l’héroïne s’enfuit pour se retrouver. Cet abandon est vécu comme une déchirure par son mari, et ses enfants évidemment. Mais elle pense ne pas pouvoir agir autrement.

L’écriture est d’une force incroyable. On est complètement happé par ce récit. L’auteur a vraiment la capacité de formuler avec le mot juste des sentiments sombres et enfouis. C’est cette écriture qui m’a donné l’envie de lire jusqu’au bout alors que le sujet ne m’y incitait pas : je n’avais pas forcément envie de m’enfoncer dans toute cette noirceur.

La jeune femme n’est pas une héroïne attachante mais c’est un portrait intéressant. La dernière partie du livre nous donne une clé pour comprendre l’origine de ce séisme : le secret de famille fini par être découvert par hasard ou presque.  Ce final donne du tonus à la fin du livre et permet une fin ouverte moins noire que prévu.

Au final c’est un beau livre, une histoire de vie vibrante, pour ceux (celles) qui aiment les histoires familiales et les drames intimes.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 8, 2014 dans Uncategorized