RSS

Oracle, 1 La pythie : je vois…une belle vie pour la série !

08 Avr

CVT_Oracle-T1-La-Pythie_5784

Voici une BD que je ne saurais qualifier. Disons qu’elle est avant tout une BD « à partir de la mythologie ». Quels que soient vos goûts : action, psychologie, intrigues de pouvoir, légendes…vous allez être servis ! Ce premier tome est parfaitement équilibré. A peine l’ouvrez-vous, que vous êtes aspiré.

Le principe de la série à de quoi séduire : le pari des auteurs est de recomposer des histoires mythologiques, inédites mais qui s’accordent à la culture gréco-latine sans erreur.  Je dois dire qu’en tant que latiniste, j’ai tendance à être tatillonne sur le respect de la mythologie : ici la tradition est non seulement respectée, mais carrément magnifiée ! On retrouve, avec leurs caractères, les grands olympiens comme Zeus, Apollon et Athéna. Les mythes fondateurs sont évoqués : Zeus tuant Chronos, et les dieux se déchirant autour de la guerre de Troie. Vous songerez probablement à l’Iliade et l’Odyssée dans les manières d’agir d’Athéna (toujours aussi rusée.) On croise quelques créatures du bestiaire légendaire, comme les cyclopes que Zeus place à la porte de l’Olympe, et qui longtemps auparavant lui ont permis de vaincre les titans de l’armée de son père. Olivier Peru nous entraine dans une antiquité grecque fascinante.  L’accent est mis dans cet album sur un élément particulier : le pouvoir de l’oracle de Delphes, où la pythie officie pour interpréter les visions que lui envoie Apollon. Grâce à la rigueur des références, Ovide aurait pu insérer ce récit dans ses métamorphoses.
Du point de vue de l’aventure, on ne s’arrête pas une seconde pour souffler, et tout semble s’accélérer sans cesse. La pythie, belle et inquiétante, insuffle aux spartiates l’énergie de défier les Dieux sur l’Olympe même. J’ai particulièrement apprécié le récit du voyageur qui encadre cette histoire. La mise en bouche par le personnage du conteur est judicieuse, et à plusieurs reprise le récit cadre interrompt la narration, lorsque le public pose des questions au conteurs. Pourquoi un Dieu violerait-il sa servante ? Comment peut-on tuer un Dieu ?…

L’enfant, malin et curieux est un personnage clé et, vous vous délecterez de la surprise de la page finale.

Le dessin sert à merveille le propos, que ce soit dans le combat, comme dans l’émotion. Les gros plans serrés sur les visages, en particulier, ont retenu mon attention. Les yeux sont très vivants, les visages expressifs. Les tons très marrons et ocres se fondent très bien avec ce drame antique.

A conseiller à tous, à partir de 15 ans.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le avril 8, 2014 dans Bande dessinée

 

Une réponse à “Oracle, 1 La pythie : je vois…une belle vie pour la série !

  1. Phooka

    avril 11, 2014 at 9:03

    Une BD que j’ai très envie de découvrir! 😉

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :