RSS

Les Héritiers de l’Aube t.3, Hantise : le fin mot de l’Histoire

26 Nov

couv62192388

Dans son style flamboyant coutumier, Patrick Mc Spare clôt ici sa nouvelle série. La couverture de Miguel Coimbra est de nouveau magnifique. On retrouve Alba et Laure prêtes à l’attaque pour interrompre une messe noire. Le décor cette fois ne nous renseigne par sur l’époque, puisqu’il s’agit de souterrains… Cette scène par contre est un élément fort du livre. Lorsque vous la lirez pour la première fois, vous n’y croirez pas…Je n’en dis pas plus.

Attention, si vous n’avez pas encore lu le tome 2, ne lisez pas cet avis au risque de vous gâcher quelques surprises de taille.

La pierre renvoie les Héritiers à Paris, mais au XVIIIe siècle, sous le règne du Roi Soleil. Obnubilé par son amour pour Mme de Maintenont, Louis XIV ne voit pas que certains membres de sa cour ont des mœurs bien dépravés. On est en pleine affaire des poisons : chantages, meurtres et messes noires  !

Tom et Alba ont fort à faire : Alex est passé à l’ennemi, Laure est très gravement blessée, et sans l’aide d’un improbable personnage (dont je reparlerai en conclusion), qui leur fournit quelques indications précieuses, ils ne survivraient pas plus de quelques minutes. Leur arrivée à Paris les conduit en pleine cour des miracles, face au Roi de Thunes (avec un clin d’œil à la série des Haut-Conteurs). Là, l’auteur s’en donne à cœur joie dans la description des bas-fonds. Dans un inventaire à la Prévert, il se plait à citer toutes les corporations de bandits. L’état de Laure, personnage sans doute le plus positif et essentiel jusqu’alors, joue avec nos nerfs autant qu’avec ceux de Tom. Le tour de passe-passe auquel se livre un primo-sorcier très manipulateur (et l’auteur par la même occasion), est incroyable.

Alex est le personnage que je trouve le plus intéressant dans cet épisode. Allié désormais à Hermès, dont il héberge l’essence maléfique, il veut récupérer la Pierre pour créer un monde parfait et pour cela faire table rase du passé. Il est donc dans le paradoxe de vouloir créer un monde idéal tout en tuant toute vie. Alex et Hermès se parlent à l’intérieur de son esprit, créant une fausse impression de schizophrénie et occasionnant surtout les principaux dialogues comiques du récit par leurs piques mutuelles. Mais Alex devient réellement schizophrène lors des brillantes scènes où sa conscience lui parle quand il est face à un miroir.

Le titre « Hantise », renvoie à un ennemi puissant qui vient s’ajouter au duo Hermès/Alex : un esprit frappeur tente en effet lui aussi de s’approprier la Pierre dont il a entrevu la puissance. Le fantôme en question a également quelques comptes à régler avec ceux qui l’ont assassiné (ses anciens acolytes, les dépravés organisant des messes noires justement) et n’est pas commode. Les scènes où il intervient sont assez « glaçantes » et mortelles et l’on pense inévitablement à quelque film d’horreur.

Le personnage trouble du primo-sorcier St Germain, qui ne veut pas se dévoiler, ne semble pas faire grand chose pour aider les Héritiers. On se doute de son identité, finalement on se trouve sur de fausses pistes, on recadre nos idées en fonction de la tournure des évènements…et on se fait avoir. Pour terminer sur la partie « Roi Soleil », la scène de combat final dans les jardins est digne d’un cauchemar.

La véritable clôture de l’aventure se passe à une autre époque et cet épilogue, s’intitule « La fin de la quête ». La scène finale avec l’affrontement inévitable entre les Héritiers et Hermès est rejouée plusieurs fois ! Grâce à un « deus ex machina », ils se déplacent dans le temps et les lieux, se rapprochant toujours plus du point crucial, celui qui décide de tout. Un détail coloré important, qui nous avait échappé bien sûr, à la lecture du chapitre East End du tome 1 va se révéler fondamental.

J’ai versé quelques larmes d’émotions dans les dernières pages. La trilogie se termine d’une manière suffisamment ouverte pour espérer revoir peut être certains personnages… En refermant l’ouvrage, l’on se prend à songer au fameux personnage intervenu lors du chapitre 1 et qui vient du futur. Ses paroles résonnent comme l’ultime révélation de l’univers mis en place par Patrick Mc Spare.

 

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 26, 2014 dans historique-fantastique, Roman

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :